3 raisons d’étudier la théologie

Dans l’article précédent, nous avons défini et décrit ce qu’était la théologie. Nous allons maintenant regarder pourquoi elle est utile et indispensable à chaque chrétien.

1. La théologie construit les bases de notre foi : elle nous édifie

Certains chrétiens méprisent la théologie, et la considèrent comme une oeuvre humaine purement intellectuelle. Selon eux, la prière et le Saint Esprit sont suffisants pour méditer la bible. Ce genre de position relève à la fois d’une ignorance de ce qu’est la théologie (voir l’article précédent), mais aussi d’une incompréhension de comment Dieu procède pour nous enseigner. Le texte biblique d’Ephésiens 4.11 nous démontre clairement que Dieu a établi des hommes pour nous enseigner afin de nous amener à la maturité.

D’abord, nous devons être enseignés par les ministères de nos églises locales, et ce quelque soit notre niveau. Apollos était un excellent orateur, mais il eût besoin que Priscille et Aquillas pour lui exposer ce qui concernait l’Esprit (Actes 18). Appartenir à une église locale est donc indispensable et indiscutable. Seulement, les prédications du dimanche matin ou les réunions de prière de l’église sont insuffisantes pour construire des fondements solides. Ces réunions ne sont pas toujours adaptées pour étudier de manière approfondie des sujets comme l’interprétation de la bible ou encore l’histoire de l’Église. Or nous avons aussi besoin de ces sujets pour avoir des bases solides. Voilà pourquoi nous devons nous tourner vers des formations ou ouvrages dédiés à la théologie.

Par ailleurs, nous devons être enseignés non seulement par nos contemporains, mais aussi par nos prédécesseurs (les pères de la foi). Car l’Église ne se limite pas à notre ère, mais s’étend à tous les âges. L’église locale ne suffit donc pas, nous avons besoin d’étudier la théologie (historique) afin de connecter avec les plus grands théologiens des siècles passés et bénéficier de leur expérience. Il y a potentiellement une Priscille ou un Aquillas au 17e siècle qui a quelque chose à nous apprendre.

Conclusion : Tout le monde a besoin d’apprendre des autres, donc tout le monde devrait étudier la théologie.

2. La théologie structure et synthétise nos connaissances : elle nous éclaire

La théologie (notamment la théologie systématique) nous permet d’organiser, résumer, structurer toutes nos connaissances. Elle nous permet de connaitre de manière précise et panoramique les grandes vérités bibliques. Il y a quelques temps, alors que j’animais une étude biblique, je demandai aux membres de mon groupe (des jeunes chrétiens) s’ils pouvaient définir qui était le Saint Esprit. « Euh… une puissance … une force ? » Bien qu’ayant entendu des dizaines de prédications où l’on évoquait le Saint Esprit, ils ne purent répondre avec assurance car ils n’avaient jamais été enseignés de manière précise et systématique sur le sujet. Voilà le rôle de la théologie (systématique) : nous éclairer, clarifier nos connaissances et nous éviter les confusions. En passant, le Saint Esprit est une Personne, pas une puissance.

Par ailleurs, la théologie permet non seulement de comprendre précisément les concepts mais aussi de les communiquer avec les termes appropriés. Dans chaque discipline, il y a un langage technique qui permet d’être précis et de gagner du temps. Ce serait assez complexe qu’un médecin dise à son collègue : « Tu peux me passer l’objet… tu sais le truc en métal qui sert de temps en temps à écouter les battements de coeurs ? » Difficile de travailler dans ces conditions. Il est bien plus pratique de demander : « le stéthoscope ». De même, des termes théologiques comme « aséité de Dieu » ou « prédestination » véhiculent tout un concept en un seul mot. La communication est alors plus aisée, surtout lorsqu’il s’agit d’aborder des sujets bibliques profonds.

Conclusion : Tout le monde a besoin de connaître et communiquer sa foi avec précision, donc tout le monde devrait étudier la théologie.

3. La théologie sauvegarde notre foi contre les fausses doctrines : elle nous protège

La théologie nous permet de grandir spirituellement. Elle nous permet de bâtir notre foi sur des bases solides afin de ne plus être des enfants balotés à tous vents de doctrine. (Ephésiens 4.12).

Dans le paysage pentecôtiste, plusieurs déviances issues des USA ont proliféré dans le monde ces cinquante dernières années : manifestations bizarres (attribuées de manière hasardeuse au Saint Esprit), scandales sexuels multipliées chez les pasteurs (divorces, abus sexuels), scandales financiers (détournement de fonds, trains de vie exubérants, pasteurs avec limousines et jets privés…). La base de tout cela : une mauvaise doctrine ! En effet, la théologie de la prospérité promet systématiquement la richesse et la santé à tout chrétien, parfois en pervertissant les valeurs fondamentales de la foi. Toutes ces déviances jettent du discrédit sur l’église et entachent son témoignage (et sa crédibilité) dans le monde. Cela crée la confusion et l’appréhension chez les non croyants. Or la théologie (historique et systématique) est le garde fou qui définit et délimite le cadre de l’acceptable : la saine doctrine préserve de déceptions, déviances et dérapages spirituels. La saine doctrine est une ceinture de sécurité qui nous protège des accidents spirituels ! Elle fonctionne comme les barrières de protection sur le toit d’un immeuble : plus on monte dans les hauteurs spirituelles, plus nous avons besoin d’une saine et solide doctrine pour ne pas tomber. Ce n’est pas en vain que l’apôtre Paul recommandait à Timothée de veiller sur sa doctrine pour sauver sa vie (1 Timothée 4.16).

Conclusion : Tout le monde a besoin de développer son discernement pour rejeter les fausses doctrines, donc tout le monde devrait étudier la théologie.

En somme, l’étude de la théologie est utile et même indispensable pour tout chrétien.

Jean-Bosco A.

Jean-Bosco prépare actuellement son ministère pastoral à l'Institut de Théologie de la Francophonie (Québec). Sa passion est de voir une multitude croire et croître en Christ. Il est marié à Pryscilla (Mïssprys) qui chante dans le milieu du gospel.

Laisser un commentaire